definition tcc

Qu’est-ce que le traumatisme cranio-cérébral?

Définition du « TCC » ou de la « commotion cérébrale »

 

Le traumatisme crânien ou cranio-cérébral (TCC) (anciennement «commotion cérébrale») se définit par l’ensemble des lésions et des troubles provoqués par un choc direct ou indirect à la tête. Le cerveau est secoué ou frappé violemment, de façon à provoquer la destruction des cellules ou à entraîner une irrégularité dans son fonctionnement normal.

 

Les séquelles varient d’une victime à l’autre:

Physiques:

  • Paralysie totale ou partielle;
  • Difficulté de coordination;
  • Diminution ou perte de la vue et de l’ouïe.

Cognitives:

  • Difficultés d’apprentissage;
  • Déficits de l’attention et de la concentration;
  • Troubles de mémoire et du langage.

Affectives et comportementales:

  • Impatience;
  • Perte d’inhibition;
  • Agressivité.

À la suite d’un TCC, la victime peut être atteinte de séquelles ou d’incapacités plus ou moins nombreuses, diversifiées, légères ou graves, selon la zone du cerveau affectée, la gravité du traumatisme, son âge et ses antécédents. La victime n’a pas toujours conscience des séquelles qui peuvent nuire à ses activités quotidiennes.

Les troubles résiduels possibles peuvent être non seulement physiques (perte de l’équilibre, difficulté d’élocution), mais également neuropsychologiques (perte de mémoire, problèmes d’attention et de concentration) et affectifs (variation de l’humeur, irritabilité, impulsivité).

Chaque victime est unique et les séquelles résiduelles peuvent être très différentes d’une personne à l’autre. De plus, les séquelles visibles ou invisibles peuvent entraîner leur lot de préjugés.

L’ensemble de ces séquelles peut modifier la personnalité de la personne traumatisée et nuire à ses habiletés sociales, influant sur ses relations avec son entourage et entraînant parfois un problème d’isolement. Les séquelles peuvent également engendrer des conséquences au plan familial, social, professionnel, etc., et tout particulièrement sur l’estime de soi des victimes.

 


Partenaires