Témoignages

Témoignages de victimes de traumatisme crânien

Christian Matte, son frère:

Moi le plus beau de tous les TCC…. J’aimerais vous faire part de mon cheminement de vie depuis le 10 août 1986.D’abord, j’aimerais vous parler de ma première vie : je suis né le 1er novembre 1968. En 81, je suis entré au collège Laval à St-Vincent de-Paul et j’ai terminé en 86 mes études collégiales. J’étais un étudiant qui aimait un peu provoquer et qui réussissait très bien. J’étais impliqué en tant que vice-président du comité des sports du collège. J’avais les qualités de « leader » et j’avais beaucoup d’amis.

Lors du fameux dimanche du 10 août 1986, ma vie a basculé complètement. J’ai malheureusement subi un traumatisme crânien suite à un grave accident d’auto qui allait m’hypothéquer pour la vie. Me laissant comme séquelles : pas de mémoire présente (j’ai gardé toute ma mémoire ancienne), des problèmes d’inhibitions, le côté droit de mon corps est beaucoup plus faible et insensible que le côté gauche. J’ai un clonus relié directement avec mon cerveau qui fait bouger ma jambe droite lorsque je suis assis. J’ai un problème à la vue et encore d’autres problématiques. J’ai été 2 mois dans un coma profond, je me suis ensuite réveillé tranquillement. J’ai eu deux opérations dans la tête. J’ai passé 9 mois de temps à l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal. Suite à cela, j’ai été en réadaptation pendant deux longues années.

J’ai fait en tout 16 milieux de vie en hébergement et résidences en 21 ans… Je me sentais rejeté socialement, c’est ce qui est le plus souffrant. J’ai même voulu me suicider.

Avec les intervenants de l’Hôpital Juif de réadaptation de Laval et ma famille, on a changé les choses. Et depuis moins d’un an, il y a la Maison Martin-Matte qui est venue comme un baume pour ma famille et moi.

Cette maison est très bien adaptée pour tout genre de clientèle y compris les personnes ayant des handicaps physiques. Les lieux physiques me donnent un sentiment d’autonomie étant donné que je peux faire plus de choses par moi-même sans être trop supervisé par quelqu’un. Ça me permet de me sentir plus autonome et responsable. Ma famille et mes amis se sentent bien reçus chez moi (BBQ l’été, salle d’activité etc.) J’ai un téléphone personnel, une grande chambre avec télé, salle de bain. Pour la première fois, je me sens enfin chez moi. Avec les autres résidents, je me sens plus dans une relation de colocation.

Ma famille s’est sentie soulagée de me voir enfin dans un lieu où je me sentais bien et qui est adapté à mes besoins. Il y a deux intervenants en tout temps pour 3 résidents donc ils peuvent répondre aux besoins immédiats des résidents, ça permet l’intégration de chacun et une approche plus personnalisée.

Aujourd’hui, ma vie a changé…. Je me suis fait de nouveaux amis. Je m’implique à la Fondation Martin-Matte une fois par semaine. Je participe à L’AQTC une fois par semaine…. J’ai quelques activités qui me permettent de me détendre et de me découvrir. Je me pose toujours la question qui est le nouveau Christian Matte et où va-t-il, mais il me semble que j’ai de plus en plus de réponses.

La famille, ma foi, le personnel très aimant autour de moi, et surtout ma persévérance m’ont permis de ne pas lâcher depuis 25 ans….

Depuis mon arrivée à la Maison Martin-Matte, je ressens que c’est vraiment moi qui dirige mon bateau et je me sens de moins en moins aller à la dérive.

En conclusion, je travaille sur moi-même pour construire mon propre bonheur et il n’y a que moi qui peut le faire mais je sens qu’ici j’en ai la possibilité.

Amicalement vôtre,

Christian Matte xxx

 

Une journée dans la vie de Christian:

8h30: lever, vérification agenda et planning de la journée;

9h00: Routine (douche, habillage, déjeuner et départ);

10h00: Rendez-vous à l’activité  »Bon matin » de l’AQTC pour rencontrer des amis et jouer aux cartes, aux poches, au 1000… Une fois par semaine, je vais travailler à la Fondation;

11h30: Retour à la Maison Martin-Matte;

12h00: Dîner et discussion sur le retour d’activités avec mon éducateur spécialisé;

13h-14h: Repos, musique douce;

16h00: Pool (chez moi);

17h00: Souper;

18h00: Téléphoner des amis, regarder la télévision, lire et routine du soir;

23h00: Couvre-feu.

 

Cliquez sur les liens suivants pour lire d’autres témoignages:

Visitez le site web d’une victime, devenue conférencière et auteur: Comme un livre ouvert…


Partenaires